parallax background

La première fois que j’ai déclaré mes revenus aux impôts

16 mai 2019

Déclarer ses impôts est toujours une tâche fastidieuse et désagréable, mais quand c’est la première fois, c’est une vraie galère. Aujourd’hui, le prélèvement à la source devrait simplifier un peu les choses. Mais avant, même pas de déclaration en ligne, chacun devait déclarer ses revenus sur un formulaire. Je me souviens de ma première fois avec le fisc, une épreuve qui vous marque.

Moi, Georges, 24 ans, primo déclarant.

J’avais 24 ans, j’avais terminé ma maîtrise en « management et développement de patrimoine immobilier » et je venais de décrocher un premier job dans une agence locative. Jeune actif, j’étais donc dans l’obligation de me détacher du foyer fiscal de mes parents. Pour la première fois, j’allais déclarer mes revenus, seul. J’étais donc, aux yeux de l’Etat, une espèce bien particulière appelée « primo déclarant ». Autrement dit, un contribuable qui n’a encore jamais déposé de déclaration de revenus auprès de la Direction Générale des Finances Publiques.

L’épreuve du Cerfa n°10330.mapremieredéclarationdimpots

Car, pour 80 % des contribuables, déclarer ses revenus est un jeu d’enfant. Ils reçoivent leur déclaration pré-remplie à leur domicile. Il leur suffit de la vérifier, la signer et la renvoyer. Mais quand c’est la première fois, les démarches sont plus compliquées. Première étape, se munir du fameux formulaire 2042 aussi connu sous le nom de Cerfa n°10330. Six pages ! Avant même de voir le contenu de ce document, j’avais envie de partir en courant. J’ai donc pris mon courage à deux mains. Je me suis installé confortablement à mon bureau, déterminé à accomplir mon devoir de citoyen. Armé d’un stylo, j’ai commencé à remplir la première page. Au début, c’est facile : état civil, adresse, situation du foyer fiscal. Des informations basiques demandées pour chaque nouvelle démarche administrative en France. Ouf, déjà une page remplie.

La question-piège et l’appel à un ami.

En voyant la partie intitulée « Traitements, salaires, pensions et rente », ça se complique. « Revenus d’activité », « frais réels », « pensions », « rentes », un vocabulaire que je ne maîtrisais pas à l’époque. Alors, j’ai commencé à paniquer, à appeler des copains qui avaient déjà rempli une feuille d’imposition. « Allô Alex, tu as fait ta déclaration d’impôts, toi ? Qu’est-ce qu’on met les revenus mensuels ou annuels ? Bruts ou nets ? ». Des questions dont les réponses semblent, des années plus tard, évidentes. Mais quand on vient d’entrer dans le monde du travail, l’administration fiscale est un univers nouveau qui vient avec son jargon, ses cas particuliers et ses subtilités administratives. Je me souviens avoir galéré sur ma calculette, avec mes fiches de paie et mon stylo, à calculer et recalculer pour être sûr de ne pas me tromper.

En plus d’imprimer et de remplir le formulaire Cerfa, en tant que primo déclarant, je devais fournir une copie de mon contrat de bail de location et une pièce d’identité. Au bout de deux heures à rester les yeux fixés sur le formulaire, le doute m’avait envahi. J’ai donc décidé de tout noter sur un post-it et de remettre à plus tard ma déclaration de revenus. Le dimanche suivant, j’allais déjeuner chez mes parents. J’y suis allé avec mon sacro-saint document car, j’avais besoin d’un petit coup de main pour surmonter cette "épreuve de la vie". C’est donc ma mère qui est venue à mon secours. Elle m’a transmis son savoir acquis au fil des années. Et, en cinq minutes, elle m’a tout expliqué. Rien de très sorcier finalement. Maintenant, avec le prélèvement à la source, les jeunes n’auront plus à affronter ce rite de passage à la vie active.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *